Harold Lebel

Député de Rimouski

Harold LeBel précise ses orientations en matière de développement économique
lundi 31 mars, 2014
Facebook
Twitter

Depuis 18 mois, la feuille de route du gouvernement du Parti Québécois est impressionnante, particulièrement grâce à la Politique économique priorité emploi, qui agit sur plusieurs fronts. Avec la Politique industrielle, pour accroître notre productivité, le Plan de développement du commerce extérieur, pour augmenter nos exportations, et la Politique nationale de la recherche et de l’innovation, pour soutenir la commercialisation, le gouvernement a mis en place les conditions nécessaires pour appuyer la création d’emplois. Finalement, avec la Stratégie d’électrification des transports, le gouvernement du Parti Québécois développera une filière industrielle performante à forte valeur ajoutée.

 

« Électrifier nos transports, cela signifie miser sur des entreprises d’ici, qui fabriquent déjà des trains, des métros, des autobus, des batteries et des composantes pour les véhicules électriques. Cela va nous permette de créer de nouvelles technologies et de nouvelles compétences dans une foule de domaines comme l’urbanisme, le design, des modes alternatifs d’énergie et encore bien d’autres. Nous avons tout ce qu’il faut pour faire un Québec plus prospère et la circonscription de Rimouski doit profiter de cet élan », déclare M. LeBel.

Au début de cette dernière semaine de campagne et à la veille du débat de la chambre de commerce, le candidat du Parti Québécois Harold LeBel précise ses orientations en matière de développement économique spécifiquement pour la circonscription de Rimouski.. « Je veux, avec les acteurs du développement économique, contribuer à faire de la circonscription de Rimouski, un territoire accueillant pour la création et l’expansion d’entreprises », souligne-t-il.

 

Pour y arriver, il faut selon M.LeBel travailler sur les aspects suivants :   

                                                                                          

  1. L’accompagnement et le service aux entreprises. Nous voulons briser l’approche « en silo » offerte par différentes ressources et organismes gouvernementales d’aide aux entreprises en créant la Banque de développement économique du Québec. Cette Banque coordonnera les interventions des ministères et des organismes à l’égard de tout projet économique. La Banque stimulera la croissance de l’investissement et soutiendra la création d’emplois. Celle-ci en partenariat avec le CLD de Rimouski-Neigette accompagnera les projets de création et de croissance des entreprises. Un volet de sa mission sera consacré au secteur coopératif et d’économie sociale.

 

  1. Pallier à l’éloignement des marchés. Afin d'appuyer les entreprises de la circonscription, il faut soutenir l’innovation, la recherche et les exportations. Il faut aussi aider les entreprises de la région à pallier à l’éloignement des marchés, notamment sur le plan des coûts de transport. «La fin des crédits d’impôts aux régions ressources a eu un impact négatif important pour nos entreprises, il nous faut donc offrir aux entreprises de la région des outils pour pallier à l’éloignement des marchés, je m’y engage avec mes collègues du Bas-St-Laurent », indique le candidat du Parti Québécois.

 

  1. En soutenant les mesures de recrutement et de qualification de la main-d’œuvre. Pour offrir une main d’œuvre qualifiée aux entreprises, dans un concept de développement durable, il faut travailler à améliorer les conditions de travail, à assurer la conciliation travail-famille et à offrir un milieu de vie riche au plan culturel, environnemental, et en loisir et sport.

 

  1. Favoriser le lien entre les besoins du milieu et les offres de formation. Afin de pallier aux besoins de main d’œuvre de certaines entreprises et organismes, nous devons appuyer l’alternance travail-études. Celle-ci permettrait d’opérer un rapprochement entre les besoins du milieu et les offres de formation des institutions d’enseignement.

 

  1. Se donner une stratégie en immigration. Il faut limiter les obstacles qui pourraient empêcher des immigrants à venir créer des emplois ici ou à offrir une main d’œuvre qualifiée.

 

  1. Soutenir la relève entrepreneuriale. Il faut soutenir les organismes tels le CLD, le Carrefour jeunesse emploi, Femmessor et les initiatives de mentorat. Il faut aussi faciliter la mobilité étudiante afin que les jeunes du Québec choisissent d’étudier et de terminer leurs études ici et de s’installer chez nous en créant leur entreprise ou en participant à la croissance de nos entreprises.

 

  1. Soutenir les initiatives en milieu rural. Il faut maximiser l’impact de la Politique nationale de la ruralité dans nos municipalités rurales. Il faut aussi profiter de la route touristique pour appuyer les projets porteurs proposés entre autres par les Portes de l’Enfer et la réserve faunique Duchénier.

 

Seul le candidat du Parti Québécois, Harold LeBel, est en mesure d’offrir un vrai plan pour le développement économique de la circonscription de Rimouski. Ces politiques permettront au milieu d’être accompagné et de concrétiser les projets économiques. « Je suis fier de présenter cette vision et de contribuer à générer de la croissance pour l’ensemble de la collectivité », a conclu Harold LeBel.

 

À DÉCOUVRIR
Activités régionales