1 Avril 2014

Justice sociale, solidarité, syndicalisme et indépendance:: Formation d’une section régional du SPQ Libre

Le club politique Syndicalistes et progressistes pour un Québec Libre est heureux d’annoncer la formation d’une section régionale bas-laurentienne de son mouvement. Le SPQ Libre, qui milite depuis 10 ans à la formation et au développement d’un courant syndicaliste et progressiste sur la scène québécoise et plus particulièrement au sein du Parti Québécois, se réjouit de l’engouement généré par son mouvement politique au Bas-St-Laurent.

Comme le souligne Marc Laviolette, président du SPQ Libre: «Le SPQ Libre vient de se doter d’un Conseil des régions, où siègeront des représentants et des représentantes de chacune des dix-sept régions du Québec et nous sommes heureux de voir le Bas-St-Laurent mettre en place une section régionale du SPQ Libre. Le mouvement syndical, le mouvement indépendantiste et les progressistes sont ici très actifs, et l’accueil est vraiment enthousiaste! Les gens saisissent l’urgence d’unir les forces progressistes et indépendantistes. Le SPQ Libre est à la fois un mouvement politique autonome, qui développe ses propres positions politiques, mais nos militantes et militants sont également invités à militer activement sous la bannière du Parti Québécois, seul grand parti voué à la lutte de libération nationale ».

 

Soutenir la gauche au Parti Québécois et animer la vie politique

Depuis sa création en 1968, le Parti Québécois a toujours été une large coalition. Les courants de gauche et de droite ont toujours cohabités, contribuant chacun à leur manière à l’avancement du projet qui les réunit : faire du Québec un pays libre. La force du Parti Québécois réside dans cette cohabitation qui est à l’image de la société. Toutes les classes sociales et tous les milieux y sont représentés : les gens d’affaires, le mouvement syndical, les groupes communautaires et les environnementalistes. C’est ce qui fait qu’un Pierre-Karl Péladeau est candidat aux côtés d’un Daniel Breton ou que Simon Prévost, jusqu’ici président des Manufacturiers et Exportateurs du Québec, veut siéger avec Pierre Céré, porte-parole du Conseil national des chômeurs et chômeuses.

À cet égard, le SPQ Libre apporte une contribution significative au Parti Québécois. Il entend d’ailleurs intensifier son action à l’extérieur comme à l’intérieur du parti. Au cours des dernières années, le SPQ Libre a réussi à faire adopter des propositions audacieuses au Parti Québécois. Revoir la loi anti-briseur de grève, renforcer la Loi 101 et l’appliquer au cégep, adopter le principe du référendum d’initiative populaire ou encore soutenir l’électrification des transports en appuyant, entre autres, le projet de monorail électrique sont des preuves concrètes de l’apport du SPQ Libre aux orientations progressistes du PQ.

Pour Alain Dion, porte-parole intérimaire du SPQ Libre Bas-St-Laurent : «La très grande majorité des militantes et militants du Parti Québécois sont sociaux-démocrates. Des gens de gauche. Il faut maintenir cette voix forte au Parti Québécois. C’est ça l’action politique. Consulter, proposer et mobiliser. Au cours des prochains mois, nous travaillerons activement à la fois à organiser diverses activités politiques et à rallier toutes les personnes de la région intéressées à lutter pour la justice sociale, l’environnement, la défense des travailleuses et des travailleurs et bien sûr pour notre indépendance nationale».

 

Harold LeBel, un candidat de grande qualité

Profitant de son passage dans la circonscription de Rimouski, le président du SPQ Libre a tenu à donner son appui au candidat du Parti Québécois, Harold LeBel.

«Au cours des dernières années nous avons régulièrement travaillé avec Harold LeBel. Harold a un riche passé militant associé, entre autres, aux groupes communautaires. C’est un homme de cœur, proche des gens et soucieux de justice sociale. C’est une personne très appréciée au Parti Québécois. Il est à la fois doué d’une très bonne écoute, un sens du devoir et d’une solidarité exemplaire. La circonscription pourra compter sur un excellent député ! », de noter Marc Laviolette, président du SPQ Libre.