26 Mars 2014

Harold LeBel participe à une soirée de slam politique!

Lundi soir dernier avait lieu la soirée de slam politique à la brasserie Le Bien Le Malt de Rimouski. Voici le texte présenté par le candidat Harold LeBel lors de cette soirée animée!

 

*****

Mirons juste

 

Compagnie, halte!

Au pas! Camarades, candides, candidats

Au pas! Gauche, droite, gauche, droite,

De beaux débats...

À haut débit

De beaux débuts

Déballes, cibole!

PKP au PQ

Pas mal pire, parachute à Rimouski

Parachute, paranormal, pas normal

Parade, patate chaude, de gauche de droite

C’est l’appel de la chute, une criss de chute en parachute.

Candide, candidat, paradisiaque, au sol parasolé.

 

Je suis de Squatec en Alabama,

Du haut pays de Tchétchénie.

Bienvenue! Welcome! Thank you! Merci matante!

En toute Urgence-Rurale, je squatte ton Rimouski

De Squatec ou de Québec, je te donne un gros bec en pincette

Gauche, droite, gauche,

droite,Gauche, droite, droite, droite, droite.

 

T’occupes! Icitte, on s’affaire des vrais ensembles

Avec la couille sur la go, rien de moins

Pis on se gosse un programme, une peur programmée

Référendum ! À go!, ensemble, tous en cœur : gare au gorille !

Ta face au poteau, détériorée, terrorisée, sacralisée

Bonhomme Sept-heure à Sacré-Cœur, porte à porter.

 

Gauche, droite, gauche, droite

Gauche, droite, gauche, gauche, gauche

Votes avec ta tête! Mais enlèves ta tuque

Ça me tente à soir ta tuque

Mal de tête, mal de cœur, ça te tentes-tu ?

Caches pas ta face mais CAQ tes fesses, ça me tue.

 

Gauche, droite, candides, candidats

Avoir su, dit le roi,

Je les aurais assis toute la gang

En avant ou en arrière

Personne à ma gauche

Personne à ma droite.

 

En cet Avril sur Mars

Hiver traînant, tardif printemps

L’œil vif, sur un pays vivifiant

En parachute, en Paralœil

Le bon œil pour viser juste

Sachons mirerJe mire, tu mires, il mire

Nous mirons.

 

Nous, Miron…

 

Homme aux labours des brûlés de l'exil

selon ton amour aux mains pleines de rudes conquêtes

selon ton regard arc-en-ciel arc-bouté dans les vents

en vue de villes et d'une terre qui te soient natales.

 

Je n'ai jamais voyagé

vers autre pays que toi mon pays.

 

Un jour j'aurai dit oui à ma naissance

j'aurai du froment dans les yeux

je m'avancerai sur ton sol, ému, ébloui

par la pureté de bête que soulève la neige.

 

 Un homme reviendra

d'en dehors du monde.

 

Pour mon rapatriement

Gaston Miron, extrait.

 

 

Texte du slam :Jacques Bérubé et Harold LeBel